iconeL'actualité symbolique

Une compilation de réflexions sur de nombreux sujets, au gré des humeurs et des actualités : faits de société, thérapies alternatives, symbolique des polarités, etc.

Pour les avoir en direct, abonnez-vous à la page facebook de la médecine symbolique !

potiche

De la « potiche* » au « neu-neu* »

La symbolique nous révèle bien surprises. Celle-ci vaut son pesant de cacahuètes...

* Potiche : personne qui n'a qu'un rôle de représentation, sans pouvoir réel.

* Neuneu : Individu niais, sot, nigaud.neuneu

Lors d'un repas au restaurant, un couple proche de notre table échange sur sa relation amoureuse débutante. La femme tient à son compagnon un discours surprenant (pour nos oreilles qui ne pouvaient qu'entendre, et pour notre mental qui ne pouvait qu'analyser...). La femme raconte à l'homme comment elle l'évalue :

« En fait, je connais bien les hommes. Il y a les hommes normaux qui sont basiques (elle montre une zone en bas) et les hommes spirituels (thérapeutes) que je fréquente habituellement (elle montre une autre zone plus haute). Toi, tu es étonnant parce que tu es entre les deux. C'est pour ça que tu me plais. Tu n'es pas spirituel, tu n'as aucune connaissance, tu n'y connais rien, mais c'est comme si tu étais spirituel, mais sans le savoir... »
Elle insiste ainsi lourdement pendant de longues minutes, décrivant la « spiritualité » des thérapeutes qu'elle fréquente – et que son compagnon ne peut même pas comprendre, vu son état. Pendant ce temps, il l'écoute en silence, ne disant rien. Il semble incapable d'exprimer quoi que ce soit. Elle finit par lui jeter un « mon amour » appuyé, puis ils attaquent leur repas qui vient d'être servi.

Manifestement, nous avons droit à la fameuse inversion des polarités:

  • La femme est très yang et c'est elle qui utilise le verbe et assume le pouvoir. Elle dirige tout.
  • L'homme est très yin, restant passif et muet. Il se contente d'être là.

Cependant, nous avons une symbolique habituelle du féminin représentée par la matière, donc par le corps, ce qui conduit à évaluer une femme à sa beauté. Le masculin étant représenté par l'invisible, il est associé à l'esprit, donc à l'intelligence. Or, l'évolution de notre jugement est en train de basculer avec les changements de polarités débutés dans les années 60.

  • Il y a 100 ans, les hommes jugeaient qu'une femme était sotte (les femmes n'avaient pas le droit de vote), et qu'elle devait se contenter d'être belle (la potiche = « soit belle et tais-toi »).
  • Les hommes détenaient le pouvoir du verbe et décidaient de tout ou presque.

C'est le schéma caricatural classique de la vision de la dualité esprit/matière plaqué sur la dualité homme/femme. Aujourd'hui, les femmes prennent la pouvoir du verbe. Elles parlent à la place des hommes et donnent leur avis. Dans l'épisode ci-dessus, c'est la femme qui évalue et décide. De quoi ? Pas de la beauté de son compagnon, mais de son intelligence et de sa spiritualité (l'homme est le neuneu = « soit présent et écoute moi »).

Le progrès est en marche car nous sommes passés du temps des « potiches » à celui des « neuneus » ! Belles perspectives...
À quand l'équilibre et une vision plus interne au-delà des clichés mentaux ?